La nutrition à son niveau supérieur

L’écart entre votre âge « chronologique » et votre âge « biologique » peut prédire le risque de cancer

L’âge « épigénétique » est une nouvelle façon de mesurer votre âge biologique. Quand votre âge biologique (épigénétique) est plus vieux que votre âge chronologique, votre risque de développer et de mourir d’un cancer est accru.
Et plus la différence entre ces deux âges est grande, plus le risque est élevé.

 

Cela pourrait devenir un nouveau signe d’alerte précoce du cancer, dit Lifang Hou, chef de l’épidémiologie du cancer et de la prévention en médecine préventive à l’Université Northwestern Feinberg School of Medicine et directeur de l’étude.

L’écart entre les deux âges semble être un outil prometteur qui a pu être utilisé pour développer un test de détection précoce du sang pour le cancer, ajoute Hou.

 

L’âge épigénétique d’une personne est calculé sur la base d’un algorithme de mesure de 71 marqueurs de méthylation de l’ADN sanguin qui a pu être modifié par l’environnement d’une personne, y compris les produits chimiques environnementaux, l’obésité, l’exercice et l’alimentation.
Ce test n’est pas disponible dans le commerce mais est actuellement étudié par les chercheurs universitaires.

 

Les personnes en bonne santé ont une très petite différence entre leur âge épigénétique / biologique et leur âge chronologique, dit Hou.

Les gens qui développent un cancer ont une grande différence et les gens qui meurent du cancer ont une différence encore plus grande que cela. Les résultats de notre étude l’ont démontré de façon claire.

 

Dans la méthylation de l’ADN, un groupe de molécules s’attache à un gène et rend le gène plus ou moins réceptif aux signaux biochimiques du corps. Le gène lui-même – le code d’ADN – ne change pas.

 

Il s’agit de la première étude à associer l’écart entre l’âge épigénétique et l’âge chronologique aussi bien au développement du cancer qu’à la mort par cancer.
Cette étude, publiée dans EBioMedicine, était une conception longitudinale avec des multiples échantillons de sang recueillis au fil du temps entre 1999 à 2013. (Les scientifiques ont utilisé 834 échantillons de sang recueillis à partir de 442 participants qui n’étaient pas atteint de cancer au moment de la prise de sang.)
Ces échantillons multiples, qui montrent l’évolution de l’âge épigénétique, ont permis des mesures plus précises de l’âge épigénétique et de sa relation avec le risque de cancer.

Pour chaque augmentation d’un an de l’écart entre les âges chronologiques et épigénétiques, il y avait un risque de 6% de contracter un cancer dans les trois ans et un risque augmenté de 17% de décès par cancer dans les 5 ans.

L’étude montre également que ceux qui développent un cancer ont un âge épigénétique environ six mois plus vieux que leur âge chronologique et que ceux qui en meurent sont environ 2,2 ans plus âgés.

Nos résultats suggèrent que les futurs chercheurs devraient se concentrer sur l’écart d’âge épigénétique-chronologique pour son potentiel à mettre en lumière la santé et la maladie du corps humain au niveau moléculaire, explique Yinan Zheng, un chercheur prédoctoral à Feinberg et Un co-auteur de l’étude.

L’équipe étudie également comment les individus peuvent abaisser leur âge épigénétique en améliorant notamment leur mode de vie avec une augmentation de l’exercice physique et une alimentation plus saine, dit Brian Joyce, co-premier auteur et chercheur prédoctoral à Feinberg.

 

Si vous souhaitez dès à présent rajeunir votre âge « épigénétique », intéressez-vous à la Lunasine sous sa forme concentrée ou alliée à de nombreux autres nutriments. Elle prendre soin de votre santé cellulaire et vous apportera de nombreux autres bienfaits.

 

Sources:
Etude complète: Ebiomedecine

 

Share this post



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *